Synthèse établie par Serge Leblanc et Thérèse Perez-Roux

mars 2019

Présentation

Concernant les métiers caractérisés par les interactions humaines et/ou certains métiers du vivant au contact d’animaux ou de plantes (métiers de l’éducation, de la santé, du sport, du social, de l’agriculture…) cet axe explore le travail, à la fois comme un système de contraintes, parfois source de souffrances et un lieu, parmi les plus importants, d’existence sociale et de réalisation de soi. Objet complexe à appréhender, le travail condense aujourd’hui des aspects techniques, organisationnels, humains, éthiques et de puissants enjeux identitaires. Pour analyser le travail, on accorde une position centrale à la fois, à l’action dotée de sens, à l’intentionnalité et aux interprétations des travailleurs pensés comme des acteurs intelligents, créatifs, sociaux et autonomes et en même temps au contexte dans lequel se déroule cette action qui fournit des ressources et qui définit également des contraintes. L’axe étudie l’activité de professionnels au travail ou en formation ainsi que l’activité des bénéficiaires de la formation. Ces « métiers adressés à autrui » requièrent à la fois des compétences d’ordre technique et des compétences communicationnelles et relationnelles qui s’articulent dans l’action mais restent en partie implicites, invisibles et opaques aux observateurs et aux acteurs eux-mêmes. Cet axe étudie également la place et nature des savoirs en formation ainsi que la manière dont les personnes se formant développent leurs pratiques et/ou construisent des connaissances et les remobilisent dans les pratiques. Pour aborder ces questions complexes nous sommes amenés à croiser des approches anthropologiques, d’analyse de l’activité, sociologique et psychologique. Du point de vue méthodologique, les corpus analysés dans ces travaux sont complexes d’une part car ils articulent des données de nature différente (vidéos, entretiens, productions d’acteurs, questionnaires) et d’autre part car il s’agit souvent de corpus très conséquents. Cet axe tend aussi à renouveler le rapport entre des visées de connaissance et des visées de transformation dans l’organisation du travail et de la formation. Dans une perspective sociologique, il s’agit de comprendre les dynamiques d’acteurs (individu-collectif) en situation de travail et les interactions avec l’environnement institutionnel, organisationnel et humain. Dans une perspective ergonomique, nous cherchons à contribuer à la conception des formations professionnelles sur la base de l’analyse de l’activité réelle en construisant notamment des situations de simulation pour développer une approche d’apprentissage de situations et non pas seulement d’apprentissage de savoirs. Pour ce faire, l’axe développe trois visées principales :

  • La première visée consiste à connaître-comprendre le travail en l’analysant à la fois sur le versant de la prescription c’est-à-dire de ce qu’il y a à faire et en même temps sur le versant de l’activité effective c’est-à-dire de ce que font réellement les acteurs pour répondre à la prescription. Nous partons du constat de départ issu des nombreux travaux en ergonomie qu’il existe un écart permanent et inéluctable entre la tâche prescrite et l’activité réelle révélant toute la complexité du travail. L’activité de travail, ne pouvant jamais se réduire à l’application des instructions ou à des règles pré-établies, déborde toujours la tâche.
  • La deuxième visée consiste à connaître-comprendre l’apprentissage-développement du et au travail en analysant l’activité en formation professionnelle (celles des personnes se formant et des formateurs) dans différents dispositifs conçus en lien étroit avec les situations d’exercice du métier (situations de terrain, analyse de pratiques, simulation, vidéoformation, serious-game, situations « innovantes »…). Il s’agit d’essayer d’établir en quoi les acquisitions, appropriations réalisées dans ces situations de formation professionnelle sont sources d’inspiration, de création et d’apprentissages nouveaux en situations réelles de travail. Les conditions du développement professionnel sont étudiées notamment à travers l’appréhension-compréhension de processus d’immersion mimétique, d’enquête de réflexivité et de coopération. Le développement professionnel est appréhendé en termes de devenir, de processus et de relation acteur-environnement-autrui à travers l’analyse des transformations de l’activité de travail et/ou de formation. Les résultats de ces études contribuent à alimenter un programme technologique visant à concevoir, valider, modifier, enrichir des environnements formation existants ou nouveaux.
  • La troisième visée consiste à comprendre les professionnalités en construction (débutants), construites ou en évolution en s’intéressant aux discours croisés des acteurs sur leur travail, aux situations vécues, aux contextes d’intervention et à leurs logiques (acteur-système). Parler de professionnalité, c’est considérer à la fois l’acquisition/stabilisation des compétences professionnelles nécessaires à l’exercice du métier et la manière singulière, en partie partagée, « d’être-au-métier » qui mobilise une forte dimension identitaire. De fait, cette approche prend en compte la dynamique des identités professionnelles et les enjeux de reconnaissance qui participent, individuellement et au sein de collectifs, au sens donné à l’action.

Objets/Mots clefs : Pratiques professionnelles, Savoirs professionnels, Compétences, Développement professionnel, Identité professionnelle, Professionnalisation, Rapport au savoir, Analyse de l’activité, Vidéoformation, Simulation, Pédagogie universitaire, Professionnalités, Formation, Utilité/anti-utilité.

 

Projets contributifs à l’axe

OPTIMATTPRO. Analyse de l’activité d’apprentissage dans un environnement de formation simulateur et réel : le cas du menage d’attelage à 1 ou 4 chevaux. Responsable scientifique : Serge Leblanc (PR, 70ème) ; Chercheurs impliqués : Guillaume Azéma (MCF, 70ème), Pierre Imbert (MCF, 74ème), Thérèse Perez-Roux, Mélanie Sécheppet (doctorante). Début 2016. Fin 2019. Financement d’une bourse doctorale par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation. Convention de recherche n°2016-19-004. Ifce-Université de Montpellier Projet « Optimattpro » : 146400 euros.

FArtEq. Accompagnement à la professionnalisation des Artistes équestres : Formation ARtistes Equestres. Responsable scientifique : Thérèse Perez-Roux (PR, 70ème) ; Chercheurs impliqués : Guillaume Azema (MCF, 70ième). Eric Maleyrot (MCF, 70ième), Sylvie Perez (74ième), Mélanie Sécheppet (doctorante), Anne-Marie Mottaz (doctorante). Début : déc. 2017. Fin déc. 2020. Projet européen LEADER, Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE). Financement 64700 euros.

IPRADEJU. Identité professionnelle et rapport à l’activité des enseignants de judo en France. Responsable scientifique : Thérèse Perez-Roux (PR, 70ème) ; Chercheurs impliqués : Florence Cassignol (MCF 16ème), Jacqueline Papet (MCF 16ème), Philippe Gabriel (MCF 70ème), Sylvie Perez (MCF 74ème), Céline Avenel (docteure 70ème), Valérie Bazin (UFR STAPS Toulouse, PRAG). Début : janvier 2015. Fin mars 2019. Financement Fédération Français de Judo et Disciplines Associées (FFJDA) : 12300 euros.

REMKAF. Réingénierie des Etudes en Masso-Kinésithérapie et incidences de la réforme de 2015 sur l’Activité de Formation : tensions, transactions, évolutions. Responsable scientifique : Thérèse Perez-Roux (PR, 70ème) ; Chercheurs impliqués : Eric Maleyrot (MCF 70ème), Charlotte Pourcelot (ATER 70ème), Pierre Hébrard (chercheur associé), David Cross (MCF, LIRDEF-ERES, 70ième), Valérie Munier (HDR, LIRDEF-Eres, 28ième), Frédéric Torterat (PR, LIRDEF-Alfa, 7ième), Nathalie Auger (PR, PRAXILING, 7ième), Anne Piloti (docteure 70ième, laboratoire EMA, Cergy), étudiants en master 2 (8). Début : janvier 2016. Fin prévue 2019. Double financement : Contrat de prestation service (LIRDEF-Institut de formation en Masso-Kinesithérapie Montpellier) ; financement projet recherche ESPE Languedoc-Roussillon : 17710 euros.

ATTRAD. Recherche-action relative à la conservation et la transmission des savoirs et savoir-faire en matière d’attelage de tradition. Responsable scientifique : Serge Leblanc (PR, 70ème) ; Chercheurs impliqués : Guillaume Azéma (MCF 70ème), Mélanie Sécheppet (Doctorante). Début déc. 2018. Fin prévue déc. 2019. Financement Ifce : 9520 euros

STRADIV. Approche Système pour la TRAnsition vers des agroécosystèmes bioDIVersifiés (de l’analyse des processus à la conception multi-échelle de systèmes avec les acteurs) dans le cadre du Work Pacage 4/5, consacré à la co-conception de systèmes innovants mobilisant la biodiversité. Étude s’intéressant aux indicateurs paysans pour la co-conception de systèmes de cultures durables. Partenariat CIRAD, UMR SYSTEM & LIRDEF. Responsable scientifique : Clémentine Allinne (Chercheuse CIRAD/CATIE, UMR SYSTEM basée au Nicaragua), Guillaume Azéma (Chercheur LIRDEF, Montpellier), Bernard Triomphe (Chercheur CIRAD-IICA, basé au Mexique), Serge Leblanc (Chercheur LIRDEF, Montpellier), Eric Justes (Chercheur CIRAD UMR SYSTEM, Montpellier), Lucie Durand (Master2). Financement CIRAD, UMR SYSTEM.

CONFOR PU. CONcevoir une FORmation Pédagogique à l’Université. Responsable scientifique : Agnès Perrin-Doucey, Guillaume Azéma (Chercheur LIRDEF, Montpellier), Serge Leblanc (Chercheur LIRDEF, Montpellier) Alain Jean (Chercheur LIRDEF, Montpellier), Brigitte Louichon (chercheure LIRDEF, Montpellier), Manuel Bächtold (Chercheur LIRDEF, Montpellier), Yves Soulé (chercheur LIRDEF, Montpellier). Vanessa Clamy-Sebag (étudiante master, Université de Montpellier FDE), Anne Watkins (étudiante master, Université de Montpellier FDE), Claire Ganglof (étudiante master, Université de Montpellier FDE). Fin 2019. Financement MUSE CSIP, 9973 euros.

RCME. Recherches Collaboratives et Militantisme en Education. Responsable scientifique : Frédéric Torterat ; EC et collaborateurs impliqué.e.s : Brahim Azaoui, Clément Barniaudy, Christine Boutevin, Sophie Dévot, Catherine Dupuy, Frédérique Prot, Olivier Griffith et Geneviève Zoïa, avec des partenariats IRTS, CEPEL et LISEC. Financement 12500 euros (UM-IRTS-MSH).

TALC. Du Texte A La Classe (2017-2020). Responsable : B. Louichon (PR 9). Participants : S. Leblanc (PR 70), F. Torterat (PR 7), S. Bazile (MCF 9), C. Boutevin (MCF 9), C. Dupuy (MCF, 7), A. Gennaï (MCF 9), A. Perrin-Doucey (MCF 9), P. Richard-Principalli (MCF 9), Y. Soulé (MCF 7), M. Eugène (doctorante), H. Raux (doctorante), Y. Daumet (doctorant), S. Genre (chercheure associée, Docteure 7). Financements (2017) : UM = 12320 = FDE = 500 + Univ. GA= 1100 = Univ. Rennes 2= 1350) + Financements (demandés pour 2019) : ESPE LR = 3919 € + UM = 7510 + FDE = 2880). Total = 29579 €

FORMSCIENCES. (2014-18) Ce projet vise à évaluer l’impact de formations à un enseignement des sciences fondé sur l’investigation, destiné à des enseignants de l’école primaire, sur les pratiques des enseignants et, in fine, sur les apprentissages des élèves et leur goût pour les sciences. Financement ANR (montant total : 645 000 euros – coordinateur Marc Gurgand, partie « évaluation qualitative », coordonnée par le LIRDEF : 176 000 euros). Participants LIRDEF : Manuel Bachtold, Aurélie Chesnais, David Cross, Karine Molvinger, Valérie Munier.

ANADEPEM. ANalyse de l’Activité et Développement Professionnel des Enseignants des Ecoles Maternelles. Responsables scientifiques : Hélène Marquié-Dubié, MC Psychologie et Sandrine Bazile, MC Langue et Littérature Française. Début : septembre 2016, fin prévue juin 2019. Chercheurs impliqués : Marie Chartier, (MCF 19° section Sociologie, CRESEM- EA 7397, UPVD), Gabriel Mouahid, MCF HDR, 67° section Chercheur associé au laboratoire « Interactions Hôtes Parasites Environnements » UMR 5244 UPVD-CNR, UPVD. La particularité de ce projet est d’articuler analyses de l’activité, analyse du discours et analyses didactiques autour de la professionnalisation des enseignants. Financement ESPE : 6400 euros.

RECH IFSI RELEVE. Recherche-action. L’analyse de l’activité des infirmières et aides-soignantes lors des relèves à l’hôpital. Responsable scientifique Alain Jean. Chercheur associé Dominique Ghinamo (doctorante LIRDEF 70ème section) + Equipe des cadres de santé formatrices de l’IFSI de Sète. Durée 2 ans. Financement OPCA de branche 1000€.

RECH IFSI SUIVI. Recherche-action. Conception d’un dispositif de formation des formateurs pour les entretiens de suivi des étudiants à partir de l’analyse de l’activité. Approche didactique professionnelle. Responsable scientifique : Alain Jean. Chercheur associés Joaquim Roméro (doctorant LIRDEF 70ème section) + équipe des cadres de santé formateurs à l’IFSI Marie Françoise Collière Béziers. Durée 2 ans. Financement OPCA de branche 1000€.

DED CP-CE1. Recherche-action dans le cadre des groupes recherche, innovation, formation (GRIF). Quelle activité des enseignants en classe dédoublées dans des configurations de co-enseignement dans une même salle ? Responsable scientifique : Alain Jean. Chercheurs associés Sandrine Laux, Brigitte Carayon et Françoise Morel (formatrices ESPE). Financement Faculté d’éducation : 50 HTD.

PHC OSMOSE. Programme de recherche portant sur la diffusion du numérique en Lettonie et en France : des intentions aux pratiques. Responsable scientifique : Philippe Gabriel. Durée 24 mois. Partenariat Université de Lettonie (Latvia, à Riga). Financement : 2760 euros.

ABANPERSEV Recherche exploratoire sur les éléments complexes qui déterminent l’abandon ou le renoncement au bénéfice du concours de recrutement des enseignants et des CPE. Responsable scientifique : Richard Étienne (Chercheur LIRDEF, Montpellier), chercheurs : Richard Étienne (Chercheur LIRDEF, Montpellier) et Céline Avenel (Chercheuse associée LIRDEF). Budget : 1200 euros obtenus de l’Université Paul Valéry Montpellier, 1000 euros (association scientifique AREF2013) et 2000 euros du Fonds MAIF pour l’éducation (en attente).

Égalité des chances dans le supérieur, projet de recherche Franco-Russe (fondation des maisons des sciences de l’homme) sur deux ans. Responsables scientifiques : Richard Étienne (Chercheur LIRDEF, Montpellier) pour la partie française et Vladimir Myasnikov pour la partie russe (Institut de la stratégie du développement de l’éducation, Académie de l’éducation de la Russie). Analyse collaborative des problèmes relatifs à l’égalité des chances dans l’éducation en France et en Russie au niveau de l’enseignement supérieur. Projet déposé le 29 octobre 2018 (demande de subvention de 5000 euros, autre financement en cours).

Changements à la gouvernance scolaire : impacts sur la tâche des chefs d’établissement en France. Projet franco-québécois soumis à la Commission permanente de coopération franco-québécoise (CPCFQ) le 11 octobre 2018. Responsables scientifiques : France Gravelle (Professeure en gestion de l’éducation à l’Université du Québec à Montréal) et Richard Étienne (Chercheur LIRDEF). Projet co-signé par deux partenaires : le SNPDEN-UNSA, principal syndicat des chefs d’établissements en France, et l’association Éducation & Devenir qui réunit une grande partie des personnels de direction ayant un souci d’égalité dans l’accueil et l’enseignement des élèves. Budget prévisionnel de 25000 euros sur deux ans (2019 et 2020) entièrement financé par la CPCFQ.

PREXFEEM. Projet EXpérimental de Formation des Enseignants en Ecole Maternelle – dit projet « MAS BRESSON ». Responsables scientifiques : Hélène Marquié-Dubié, MC Psychologie et Sandrine Bazile, MC Langue et Littérature Française. Universités associées (partenariat en cours de finalisation) : Université de Vic (Espagne) et Florence (Italie). Début janvier 2019- fin prévue juin 2022. Formation expérimentale en maternelle consistant en un accueil des enseignants avec leurs élèves dans des espaces pensés afin de vivre une démarche pédagogique différente. L’expérimentation est menée par la DSDEN 66 (S. Sicard, IEN mission Maternelle) avec la collaboration des services Petite Enfance de la Mairie de Perpignan en particulier.  Financement en cours d’élaboration pour la partie recherche.

IDEFI UM3D (Initiative D’Excellence en Formations Innovantes), UM3D (3D=Détermination, Diversification, Différence) est un projet lauréat du PIA2 en 2012 qui s’achève en 2018. Porteur du projet: l’Université Paul Valéry en partenariat avec l’université de Nîmes et la faculté des sciences de Montpellier. Analyse de la réussite des étudiants en 1ère année universitaire en lien avec leurs profils motivationnels. Jacqueline Paquiot-Papet (Chercheur-LIRDEF), Florence Cassignol-Bertrand (Chercheur LIRDEF ou LEPSA), Frédéric Lemoigno (Chercheur ICGM et Faculté des Sciences), Christophe Crambes (chercheur IMM).

 

Séminaires

  • Transdisciplinarité et recherches multi-niveaux en éducation et formation. Problèmes théoriques et méthodologiques
  • Journées ViSA 2017