TFD

Présentation de l’équipe

Les recherches de l’équipe TFD sont focalisées sur l’analyse des apprentissages (scolaires ou professionnels), du travail, de l’activité en formation et du développement professionnel. Ces recherches réalisées dans différents domaines professionnels (l’éducation, l’enseignement, la santé, le sport, le social) ont pour point commun d’accorder une place centrale au point de vue des acteurs et aux situations qui se co-définissent. Elles cherchent a) à rendre en compte de l’autonomie des acteurs dans les situations de travail et de formation, b) à re-construire l’activité des acteurs sur des empans temporels plus ou moins long à partir des contraintes de l’environnement, mais aussi des préoccupations, des significations, des connaissances propres aux acteurs, c) à concevoir des situations pédagogiques et/ou de formation qui tiennent compte de cette autonomie, en s’appuyant sur elle plutôt qu’avoir à devoir lutter contre elle.

Considérant les situations de professionnelles et de formation comme des activités complexes, nous les analysons à partir d’approches compréhensives dans leurs contextes temporels (historique, philosophique, organisationnel, etc.) et/ou spatiaux (le lieu de travail, l’établissement ou l’institution et les différents échelons territoriaux). Pour enrichir la compréhension de cette complexité, nous cherchons également à combiner en tant que de besoins diverses épistémologies entre elles telles que celles des sciences du travail, des sciences de l’apprentissage, des sciences sociales, des sciences politiques et des sciences de l’éducation. Par ailleurs, une partie importante de ces recherches sont dites technologiques c’est-à-dire qu’elles articulent d’emblée une visée transformative (e.g. l’amélioration des dispositifs de formation et/ou la conception d’artefacts) à la visée épistémique. L’organisation actuelle de l’équipe TFD est structurée autour de quatre axes : environnements simulateurs de travail ; mutations institutionnelles et transitions professionnelles ; inégalités d’éducation et rôle des socialisations familiales ; situations d’apprentissage instrumentées technologiquement.

 

 

Composition de l’équipe


Responsable : Serge Leblanc

Membres permanents :

Claude Ancely (PRCE-docteur)

Carole Asdih (MCF)

Céline Avenel (Docteure)

Guillaume Azéma (MCF)

Sophie Baconnet (Docteur)

Loïc Braïda (IGE)

Sylvie Canat (PU)

Florence Cassignol-Bertrand (MCF)

Valérie Courtin (Docteur)

Gilles Dieumegard (MCF)

Damien Djaouti (MCF)

Richard Etienne (PU émérite)

Philippe Gabriel (MCF)

Luc Jaecklé (MCF)

Alain Jean (MCF)

Franc Gatto (MCF HDR)

Jacques Gleyse (PU)

Godefroy Lansade (MCF)

Serge Leblanc (PU)

Eric Maleyrot (MCF)

Hélène Marquié-Dubié (MCF)

M’Badi Miakenda (Docteur)

Salim Mokaddem (PRAG)

Roger Monjo (MCF)

Jacqueline Papet-Paquiot (MCF)

Thérèse Pérez-Roux (PU)

Sylvie Pérez (MCF)

Souad Zouani-Denoux (MCF)

Doctorants :

Aslina Ivan

Aupetit Jean-Pierre

Baraer-Mottaz Anne-Marie

Barbier Christophe

Basset Ghislaine

Basset Véronique

Bertola Christine

Bouchot Hélène

Chauvin Luc

Cruchant Eléonore

Collet Maud

Destruel Frédérique

De Lima Netto Avelino

Drao Abdellah

Dudoit Gérald

Durand-Paute Roland

Duteil Sophie

Eyland Isabelle

Gantois Dominique

Gosselin-Kerho Marie

Grave Bruno

Hortoland Laetitia

Huard Florence

Laniel Valérie

Mamoudou Moumouni

Meijri Sonia

Mari Camille

Monkam Agathe

Monnier Fabrice

Morizur Yvon

Phengphan Worawut

Piroux Benoit

Piscevic Alexandre

Reina Ponce De Leo Carlos

Secheppet Mélanie

Terrades Marjolaine

Touil Ahmed

Velis Raoul

Post-doctorants :

Projets de recherche

FArtEq. Accompagnement à la professionnalisation des Artistes équestres : Formation ARtistes EQuestres (FArtEq).

  • Responsables scientifiques : Thérèse Perez-Roux & Guillaume Azema.
  • Chercheurs impliqués : E. Maleyrot (MCF 70ième, S. Perez (74ième), M. Secheppet (doctorante), AM. Mottaz (doctorante), R. Etienne (Pr émérite) (2017- 2020).

Projet européen LEADER, Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE). Financement 82180 €.

IPRADEJU. Identité professionnelle et rapport à l’activité des enseignants de judo en France (IPRADEJU).

  • Responsable scientifique : T. Perez-Roux.
  • Chercheur-e-s impliqué-e-s : Florence Cassignol (MCF 16ème), Jacqueline Papet (MCF 16ème), Philippe Gabriel (MCF 70ème), Sylvie Perez (MCF 74ème), Céline Avenel (docteure 70ème), Valérie Bazin (UFR STAPS Toulouse, PRAG).

Début : janvier 2015- fin 2018. Financement Fédération Français de Judo et Disciplines Associées (FFJDA) : 12300 euros (en cours)

OPTIMATTPRO. Analyse de l’activité d’apprentissage dans un environnement de formation simulateur et réel : le cas du menage d’attelage à 1 ou 4 chevaux. Financement d’une bourse doctorale par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation.

  • Responsable scientifique : Serge Leblanc
  • Chercheurs impliqués : Guillaume Azéma, Pierre Imbert, Sylvie Pérez

L’objectif de cette recherche est d’appréhender et comprendre les effets de l’usage d’un environnement simulateur complexe de conduite d’un attelage à 1 ou 4 chevaux – en situation de formation auprès de meneurs débutants. Cet environnement simulateur articule une plateforme vidéo intégrant un serious game, un simulateur réflexif couplés à des situations pédagogiques de terrain. Il s’agit d’une part de mieux comprendre le processus de développement des compétences au menage et d’autre part de repérer les potentialités d’aide à ce développement que constituent les différents outils et situations de formations créées. D’une manière générale, l’enjeu est de contribuer à la réflexion technologique et scientifique sur la conception et les effets d’environnements simulateurs. L’hypothèse selon laquelle ces environnements permettent la construction d’une expérience « suffisamment » analogue à celle d’une situation réelle (dans ses dimensions cognitives, interprétatives et/ou émotionnelles) tout en manipulant des paramètres de la situation supportant l’apprentissage : suppression du risque, ajustement de la complexité en termes de temporalité, d’étendue de l’environnement, de degré de difficulté des problèmes rencontrés sera mise à l’épreuve et discutée. Pour solliciter également la dimension motrice, essentielle dans l’activité d’attelage en lien avec les intentions de trajectoires, l’environnement et l’engagement des chevaux, un simulateur dit « de résolutions de problèmes » sera conçu, testé auprès des différents publics de formation à partir de boucles itératives.

REMKAF. Réingénierie des Etudes en Masso-Kinésithérapie et incidences de la réforme de 2015 sur l’Activité de Formation : tensions, transactions, évolutions (REMKAF)

  • Responsable scientifique : T.Perez-Roux.
  • Chercheur-e-s impliqué-e-s : Eric Maleyrot (MCF 70ème), Charlotte Pourcelot (ATER 70ème), Pierre Hébrard (chercheur associé), David Cross (MCF, LIRDEF-ERES, 70ième), Valérie Munier (HDR, LIRDEF-Eres, 28ième , Frédéric Torterat (Pr, LIRDEF-Alfa, 7ième), Nathalie Auger (Pr, PRAXILING, 7ième) Anne Piloti (docteure 70ième, laboratoire EMA, Cergy), étudiants en master 2 (8).

Début : janvier 2016. Fin prévue 2018. Double financement : Contrat de prestation de recherche (LIRDEF-Institut de formation en Masso-Kinesithérapie Montpellier) ; financement projet recherche ESPE Languedoc-Roussillon. Financement 9580 € (2017) (demande de renouvellement en cours pour 2018).

 

Séminaires et colloques


Organisation des journées VISA 13-14 octobre 2016

  • Responsable scientifique : Serge Leblanc en collaboration avec le CS de la SFR VISA
  • Comité d’organisation : Guillaume Azéma, Alain Bronner, Sandrine Bazile, David Cross, Gilles Dieumegard, Martine Dreyfus, Catherine Dupuy, Pierre Imbert, Alain Jean, Richard Etienne, Serge Leblanc, Valérie Munier, Yves Soulé.

Comment et pourquoi combiner « l’observation filmée » à d’autres types de données pour construire un « terrain » et comprendre la complexité des pratiques professionnelles ?

Compte tenu de la nature des travaux du LIRDEF (laboratoire organisateur des journées 2016 à l’université de Montpellier) qui s’appuient assez massivement sur des corpus vidéo (trois équipes sur quatre), la focale sera mise particulièrement sur l’axe 1 du projet de la SFR VISA. Pour étudier des pratiques professionnelles dans différents domaines (éducation, santé, sport) en appréhendant au mieux leur complexité, les chercheurs filment très souvent les situations professionnelles qui les intéressent (situations d’enseignement-apprentissage, de formation-accompagnement de stagiaires, de pratiques sportives, de soins de santé…) à partir d’un cadrage particulier (plan resserré et/ou large) et d’un point de vue choisi (extérieur et/ou subjectif) jugé pertinent au regard de leur objet d’étude. Ils complètent très souvent ce recueil vidéo d’autres données : documents, notes d’observation et/ou d’entretiens de différents types avec les acteurs qui peuvent faire également l’objet d’un enregistrement vidéo (autoconfrontation simple et/ou croisée, instruction au sosie, explicitation, entretien ethnographique, compréhensif, semi-directif…).

  • Les données enregistrées en vidéo lors des situations professionnelles ont-elles le même statut que les autres données ?
  • Comment les choix et les articulations entre méthodes sont-ils pensés et mis en œuvre au sein d’une même discipline ? A quelles conditions les articulations sont-elles possibles ?
  • Peut-on penser des enrichissements méthodologiques pluridisciplinaires (e.g. entre des approches didactiques, approches activité et approche du langage) et éventuellement interdisciplinaires qui pourraient déboucher sur la réalisation de projets communs ? Quels en seraient les intérêts et les limites ?