Éducation interculturelle à l’environnement et au développement durable (EIEDD)

Éducation interculturelle à l’environnement et au développement durable (EIEDD)2018-02-21T09:56:48+00:00

Éducation interculturelle à l’environnement et au développement durable (EIEDD) – Rapports aux savoirs scientifiques et aux territoires et engagement écocitoyen de jeunes de la fin du secondaire en France et au Québec (2017-2020)

De nombreuses études en éducation aux sciences, à l’environnement et au développement durable ont identifié une forme de fatalisme et de désengagement de la jeunesse face à la crise environnementale. On sait pourtant que pour mobiliser les jeunes à l’école et en tant que citoyen, il faut tenir compte de leur identité, de leurs projets et relier davantage l’enseignement aux lieux qu’ils habitent.

Dans un souci de développement durable (DD) des territoires et pour bien tenir compte des préoccupations des jeunes citoyens de cultures différentes qui y vivent, cette recherche en éducation interculturelle aux sciences, à l’environnement et au développement durable (EIEDD) propose d’élaborer un cadre théorique novateur franco-québécois et de le tester afin de documenter comment des jeunes de 16 ans envisagent les enjeux du DD d’un fleuve qu’ils côtoient. Pour ce faire, quatre études de cas seront menées en parallèle dans des contextes culturels et environnementaux très différents. Les données seront recueillies par questionnaires (N=300) et entretiens individuels (N=100) pour en faire émerger des « portraits types » de jeunes quant à leurs rapports aux savoirs scientifiques et aux territoires, et concernant leurs dispositions et pratiques d’engagement écocitoyen eu égard aux enjeux sociaux, politiques, économiques, éthiques ou écologiques qu’ils associent au DD du fleuve en question.

Deux études de cas seront menées au Québec et deux se feront en France. Dans chacun de ces contextes, la première mobilisera des jeunes d’un quartier multiculturel sensible, alors que la deuxième s’intéressera à des jeunes d’un milieu rural dont la gouvernance est orientée par des principes de DD, afin de repérer des éléments culturels communs ou contrastés, plus locaux ou plus globaux, en France et au Québec. En France, les territoires jouxteront la Seine et au Québec, le Saint-Laurent, dans la continuité des recherches des équipes de Jean-Marc Lange et Barbara Bader. Dans un deuxième temps, les jeunes rencontrés en entretien élaboreront une représentation interdisciplinaire d’enjeux prioritaires qu’ils associent au DD du fleuve et proposeront des actions citoyennes avec l’appui des enseignants de sciences et d’histoire-géographie, d’acteurs impliqués sur le territoire et de membres de l’équipe de chercheurs. Ces représentations interdisciplinaires et actions écocitoyennes seront coélaborées et diffusées de manière virtuelle sur les quatre contextes culturels concernés.

Élaborer un cadre conceptuel et d’analyse original croisant les concepts de « rapport aux savoirs scientifiques », « rapport aux territoires », « engagement écocitoyen » des jeunes de la fin du secondaire.

Dégager des « portraits types » de jeunes Québécois et de jeunes Français de 16 ans à l’égard du développement durable du Saint-Laurent au Québec et de la Seine en France, à partir de quatre études de cas.

Sur chaque territoire, en France et au Québec, avec les jeunes rencontrés en entretien et deux enseignants par école, soutenir la conception collaborative de représentations interdisciplinaires d’un enjeu de développement durable et définir les modalités d’engagement écocitoyen des jeunes selon les rapports aux savoirs scientifiques, les dimensions territoriales, identitaires et culturelles repérées.

Recherche financée par l’Agence Nationale de la recherche (ANR) et le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC)

Présentation de la recherche EIEDD